key1Le moine bénédictin Basile Valentin aurait vécu à Erfurt dans la seconde moitié du XVe siècle. Aucun témoignage d’époque n’est toutefois disponible quant à l’existence réelle de ce moine. Toutes les œuvres qui lui sont attribuées font état d’événements survenus après sa mort. On a attribué la paternité de l’œuvre du bénédictin à bien des personnages “alchimiques” de son temps mais il semble que le nom de Johann Thölde soit le plus proche de la réalité. Ce Conseiller de Frankenhausen en Thuringe entreprit à la fin du XVIe siècle son édition des premiers textes de Valentin en publiant d’abord “Ein kurtzer summarischer Tractat von dem grossen Stein der Uhralten” (Eisleben, 1599) qui contenait les “Douze Clés de Basile Valentin” mais sans les illustrations d’accompagnement. La deuxième édition à Zerbst de 1602 contenait des gravures grossières des Douze clés. La variante reproduite ci-dessous fut publiée en 1618 dans le “Triptus aureus” de Michael Maïer.

[imagebrowser id=2]

%d blogueurs aiment cette page :