P4Il faut tout d’abord distinguer :

  • le Petit Œuvre ou Petit Magistère symbolisé par l’arbre lunaire et qui avait pour but d’obtenir la Pierre Blanche capable de transmuter les métaux imparfaits en argent. On le désigne aussi sous le nom d’argyropée.
  • le Grand Œuvre ou Grand Magistère symbolisé par l’arbre solaire et qui devait produire la Pierre Rouge capable de transmuter les métaux imparfaits en or. Le Grand Œuvre est aussi désigné sous le terme de chrysopée.

Le Chemin de l’Oeuvre peut être parcouru suivant deux voies bien distinctes :

  • la Voie Humide : la préparation de l’œuvre y est lente et patiente. Le Soufre et le Mercure Philosophique sont cuits à feu modéré, on augmente progressivement la chaleur (qui passe du noir au rouge) puis à feu vif (blanc). L’œuvre se réalise alors en douze grandes phases symbolisées par les douze Maisons du Zodiaque.
  • la Voie Sèche : on mélange le Mercure à un corps métallique que l’on soumet à une très forte température. Cette voie est celle la plus rapide et aussi la plus dangereuse. En outre, c’est la Voie de la Main Gauche.

L’Alchimie repose sur trois éléments ou secrets primordiaux :

  • la nature de la matière première de l’œuvre.

Selon les écrits des Adeptes, il s’agit d’un minerai courant, vil et tout à fait commun.

« Pour satisfaire à votre demande, sachez qu’il n’y a qu’une seule matière et principale substance qui est la matière du Magistère; que cette matière se fait un et que ce un est fait avec elle; et que l’on n’y ajoute ni en ôte quoi que se soit. » – Entretiens du roi Calid et du Philosophe Morien.

  • le nature du feu secret de l’œuvre.

« Eau sèche qui ne mouille pas les mains » et qui brûle sans le secours d’une flamme.

  • la nature du mercure philosophique.

Le Mercure Philosophique n’est pas externe à la Matière Première, la difficulté de la découvrir réside dans la Matière Première et dans l’action à lui soumettre pour en extraire le Mercure Philosophique.

%d blogueurs aiment cette page :