Par le Chevalier P.L.B. Drach.

L’Inscription hébraïque du titre de la Sainte Croix restituée.

Voici donc la copie bien exacte de la première ligne du morceau qui nous reste du vrai titre de la sainte crois (a).

La première fois qu’amené dans la chapelle de la basilique de Sainte Croix de Jérusalem, par l’Éminentissime Cardinal Cappellari, j’aperçus ces débris de lettres, je déclarai à  l’érudit Prince de l’Église Romaine, digne a tant de dires des hautes fonctions de Préfet de la Propagande, que j’y reconnaissais l’écriture vulgaire et profane de notre nation vers la fin du second temple, les caractères qui nous ont été conservés sur les médailles des Macchabées ;  en un mot l’écriture numismatique. En calculant l’espace vide qui sépare les traits de la sainte tablette, je jugeai à l’instant que le titre hébreu devait être en syriaque ; non en syriaque classique, mais en syriaque corrompu tel qu’il se parlait à Jérusalem lorsque le Fils de Dieu conversait parmi nos pères, et tel que l’écrivaient encore les rabbins des premiers siècles après la dispersion définitive du peuple d’Israël. Toutefois pour ne rien précipiter dans une matière d’une si grave importance, j’ai médité sur cet objet près de deux mois avant de publier mon opinion; et je puis dire que maintenant mes premières conjectures se sont converties dans mon esprit en certitude. Je ne crains plus d’affirmer avec assurance que les traits qui figurent sur ce qui nous reste à Rome de la tablette du titre (1), appartiennent aux mots suivants : (b)

Exprimés en caractères sacrés ou lettres carrées, ces mots font :

(Yeshuang notari melé)

Ce qui fait voir que le texte dans son intégrité portait cette phrase :

(Yeshuang notari melé Yehudah).

En syriaque pur, il eut fallu :

(Yeschuh notaroyo malco dihudoyé)

Ce qui figuré en caractères carrés est :

Inscription Titre Sainte Croix Chevalier Drach

%d blogueurs aiment cette page :