Sceau IlluminatiPar Galahad

Nous vivons une étrange période. Internet apporte énormément de choses positives dont une ouverture sur le monde et une possibilité d’échanges non négligeable. On a ainsi pu dire que la Toile était une grosse épine dans le pied des dictatures qui ne pouvaient plus cacher aussi facilement leurs exactions que par le passé.

Le revers de la médaille, c’est que les idées les plus néfastes et les plus obscurantistes se répandent tout aussi vite (sinon plus vite) que les perles de la pensée et de la spiritualité humaine.

Faut-il, au nom de la liberté de pensée, laisser dire tout et n’importe quoi sans réagir, au risque de laisser s’enfler une vague nauséabonde rappelant les époques les plus noires de notre histoire ? Ma réponse est un non catégorique car finalement, c’est à force de se taire qu’on laisse tout aller à vaux l’eau.

Donc, aujourd’hui ma palme de la crétinerie aiguë va au conspirationnisme et plus particulièrement à celui imbibé d’anti-maçonnisme et d’antisémitisme crasse.

Je pensais qu’on avait relégué ce type d’histoire dans un vieux tiroir estampillé « idées périmées »… Mais non, la théorie du complot se porte bien, très bien même.

Pour rappel, le conspirationisme est cette attitude très en vogue qui consiste à voir des complots partout. Mieux que cela, c’est devenu une véritable philosophie de vie, une manière de voir et d’interpréter le monde.

Il y a de nombreuses tendances dans le conspirationisme, du plus soft au plus hard, de la plus légitime méfiance par rapport au pouvoir établi et aux cartels financiers aux plus délirantes et débilitantes théories.

« Truth is out there », « La vérité est ailleurs » disait Mulder dans la série phare des années 90, X-files. C’était l’époque où l’on pouvait encore s’intéresser de manière sensée et rationnelle à des phénomènes qui semblaient provoquer le black out des autorités : phénomènes célestes inexpliqués, manuscrits de la Mer Morte, écrits apocryphes gênants pour Rome et cachés dans la bibliothèque du Vatican, influence de sectes noires dans le IIIe Reich, meurtre de Kennedy et pouvoir réel des corporations, liens entre certaines familles régnantes et la mafia… Autant de faits troublants et de questions légitimes.

Puis tout dérapa, la surenchère commença et la récupération politico-religieuse s’organisa. Très rapidement, il fut de bon ton de dire qu’une élite dirige le monde en sous-main (les Illuminatis) et que cette élite se rencontre, bien sûr, dans les milieux juifs (ben voyons, original comme bouc émissaire) et maçonnique (tout aussi original)…

Les deux boucs émissaires sortis, on peut alors installer tout le décor de carton pâte qui va avec : sombre et satanique rituel, ennemis du genre humain au machiavélisme infini, races extraterrestres reptiliennes infiltrées… Je reste pantois devant autant d’énormités, devant autant d’absurdités assénées comme des vérités indéniables… Tout cela pourrait prêter à rire si, loin de toucher quelques allumés, ces idées ne brassaient pas un si large public. Tout cela pourrait prêter à rire si elles ne traduisaient pas l’anti-maçonnisme et l’anti-sémitisme le plus sombre.

Le pire, c’est qu’on ressort de vieux documents historiques fabriqués par la propagande jésuite, communiste ou nazi et qu’on fait passer pour des vrais. Ainsi les écrits délirants de Léo Taxil, prêtre défroqué soucieux de revenir dans le giron de l’Eglise, ainsi les protocoles des Sages de Sion utilisés à la fin du XIXe siècle en Russie sont présentés comme des documents authentiques….

Puis je repense à la phrase d’un petit moustachu qui disait en substance « plus les mensonges que vous ferez seront énormes, plus on vous croira »… La comparaison n’est pas gratuite car lorsqu’on cherche et qu’on enquête sur les gens qui répandent ce genre de détritus, on se rend compte qu’il s’agit toujours des mêmes milieux nauséabonds : islamistes radicaux, catholiques intégristes, évangéliques excités et bien sûr néo-nazis de tout poil. Finalement, rien n’a changé, les adversaires du genre humain et de la liberté ont toujours le même discours et les mêmes cibles. Il est en effet bien connu que les dictatures et les intégrismes s’attaquent toujours en premier aux maçons (défenseurs de la liberté) et aux juifs (éternels boucs émissaires).

But de la manœuvre ? Nourrir un sentiment anti occident, anti gouvernemental, anti liberté, anti droit de l’homme (considéré comme le manifeste « satanique » judéo maçonnique par excellence), anti ONU, …. Bref de faire ce pourquoi existent ces organisations néfastes : créer la division entre les hommes.

Ce qui me fait le plus rire (jaune), c’est que tous ces groupes rêvent d’instaurer ce que précisément, ils dénoncent soi-disant (procédé classique de transfert psychologique, on accuse l’autre de ce dont on est coupable) : un modèle autoritaire absolutiste et répressif.

Car finalement, quand on creuse la littérature de ces groupes, on tombe toujours sur le même schéma et sur le même dieu (qui ne mérite pas de majuscule). Qu’ils soient djihadistes, lefèbristes ou évangéliques extrêmes, qu’ils soient membres de l’Opus Dei, des Légionnaires du Christ ou d’Al-Quaida, tout ce petit monde défend l’idée du dieu vengeur et sanguinaire !!! Idée malsaine venue du fond des temps, où l’homme tremblait comme une feuille devant les éléments naturels, sacrifiant aux dieux afin d’apaiser leur colère. Le dieu monothéiste vengeur, jugeant et condamnant ses créatures « déviantes » ne vaut pas mieux que les statues de Baal à qui l’on brûlait des bébés ou les statues de Huitzilopochtli que l’on nourrissait du cœur palpitant des sacrifiés.

Le dieu vengeur et légaliste est un blasphème. Il n’est qu’une projection des fantasmes malsains d’un groupe d’hommes qui vocifèrent « en dehors de l’Eglise point de salut ! » et qui se considèrent comme les élus au détriment du reste de l’humanité. Il n’est qu’un instrument pour terroriser les foules et pour étouffer la lumière qui brûle en chacun.

Fantasme de puissance illusoire, blasphème grotesque et morbide, dieu de la lettre morte, coquille morte-vivante, égrégore pathétique, il se nourrit de la peur, de la culpabilité et de la superstition.

Depuis trop longtemps, il hante les cauchemars des hommes tout comme ses sbires hantent l’histoire, gageons qu’un jour, l’humanité pourra se débarrasser de cette idée-démon et des larbins qui la servent.

Par Galahad

Source : Reliance Universelle

%d blogueurs aiment cette page :