Par Jean Dubuis

La perception de l’Unité de la Création se fait plus ou moins vite et sous des aspects différents. En effet, chacun perçoit l’Unité, d’une part à travers le filtre qu’il est lui-même, d’autre part en fonction de la nature du sentier ésotérique suivi, que celui-ci soit qabalistique, martiniste, alchimique ou originaire d’autres philosophies.

Dans notre propre parcours, nous avons remarqué que la Qabal – ou les sentiers similaires – donne

l’aspect unitaire principalement dans les structures du créé, alors que l’Alchimie, elle, le donne dans les fonctions du Créé. En effet, la Qabal montre la similitude des structures des énergies dans les trois règnes (minéral, végétal, animal) alors que l’Alchimie montre à travers les trois règnes, la similitude des processus de génération des êtres.

Cependant, le champ de la Création procédant du quaternaire, il est normal que la source de toute chose possède un quadruple aspect. Cette source de toute chose se reflète dans le Tétragramme, le Nom imprononçable, le Yod He Vav He, ou יהוה (qui se lit de droite à gauche).

Chacune des lettres de ce nom représente un des principes présents dans la Semence Originelle de chaque être, et ce, toujours dans les trois règnes. C’est pourquoi les quatre principes de la Semence constituent en chaque être sa seule réalité. La différence des règnes provient exclusivement du taux d’éveil de chacun des quatre éléments du Tétragramme, représentés également par le feu, l’Air, l’Eau et la Terre.

Ces quatre éléments, redisons-le, sont tous présents dans les trois règnes, mais:

•    dans le règne minéral, seul le second He (He final) est éveillé ;

•    dans le règne végétal, Vav et He sont éveillés

•    dans le règne animal, He Vav He sont éveillés

•    dans l’Homme, qui se distingue du règne animal, tous les éléments sont éveillés : Yod He Vav He, ce qui lui donne la soi-conscience.

Il résulte de ce qui précède un point extrêmement important : il y a, entre toutes choses, possibilité d’harmonie puisque la Semence Originelle est la même en toutes choses. La communication est donc praticable, mieux même, la communion.

Renforçons ce qui vient d’être dit par un peu de Guematria : Yod He Vav He a pour valeur: 10 + 5 + 6 + 5 = 26.

26 donne 2 + 6 = 8, soit deux fois le quaternaire (2 x 4) qui se manifeste dans la dualité à l’involution et à l’évolution.

26 donne également 2 x 13 qui se manifeste à son tour dans la dualité.

Or, en hébreu, Unité se dit Achad et s’écrit Aleph (1), Chet (8), Daleth (4), ce qui donne un total de 13.

Par ailleurs, Amour se dit Ahebah et s’écrit : Aleph (1) He (5) Beth (2) He (5) ce qui donne un total de 13.

L’Unité est Amour, ou l’Unité rayonne l’Amour et la dualité est nécessaire à sa réception.

Tout chemin ésotérique correct conduit peu à peu à la Connaissance unitaire et à travers elle, à l’Amour Universel.

Nous joignons à cette brève étude, comme exercice de réflexion et de méditation, le tracé de l’hexagramme qui symbolise l’intersection des mondes spirituel et matériel. Cette étoile, techniquement réalisable où que vous passiez vos vacances, et qui pourra être tracée sur le sable des plages ou des chemins, nous a été proposée par André Renoult, membre de l’association.

Etoiles magique

Toutes les lignes ont la même valeur numérique que le Tétragramme

Bonnes méditations, et bonnes vacances !

Jean Dubuis. Tiré du « Petit Philosophe de la Nature » n°57 de 1988.

%d blogueurs aiment cette page :